15 C
New York
samedi, juillet 2, 2022

Guerre en Ukraine: les dégâts s’alourdissent, la neutralité de l’Ukraine en discussion

Guerre en Ukraine: les dégâts s’alourdissent, la neutralité de l’Ukraine en discussion

Depuis le 24 février la Russie a lancé son offensive en Ukraine ayant pour but la «dénazification» et le désarmement du territoire. 32e jour, les combats semblent se concentrer sur l’est du pays et Kiev s’inquiète de la situation à Marioupol. Et, ce dimanche après midi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que son gouvernement étudiait «en profondeur» la question de la «neutralité» de l’Ukraine.

Quand la situation se chauffe, dans le langage ordinaire, tout domino est à jouer. La semaine dernière, Volodymyr Zelensky a déjà annoncé n’avoir pas écarté la possibilité de négocier. La neutralité de l’Ukraine est l’un des points centraux dans les discussions avec la Russie pour arrêter le conflit, qui doivent reprendre en début de semaine.

“ Une des clauses des négociations porte sur les garanties de sécurité et la neutralité, le statut dénucléarisé de notre État, une exigence de Moscou ”, a déclaré le président ukrainien dans un entretien en ligne avec des médias indépendants russes, diffusé sur la chaîne Telegram de l’administration présidentielle ukrainienne. “ Ce point des négociations est compréhensible pour moi et il est en discussion, il est étudié en profondeur ”, a-t-il poursuivi.

Toutefois, il devra être soumis à un référendum et il faut des garanties, a-t-il prévenu, accusant le président russe Vladimir Poutine et son entourage de faire « traîner les choses ».

À noter que les nouvelles négociations commenceront lundi ou mardi en Turquie, selon les sources. Ce qui vient après l’annonce par l’armée russe en fin de semaine de changer d’objectif principal en Ukraine.

Emmanuel Macron et Joe Biden

Le président américain Joe Biden était, hier samedi, au feu des projecteurs en Varsovie, capitale de la Pologne. Lors d’un discours, il a violemment critiqué son homologue russe Vladimir Poutine. Après « criminelle de guerre », maintenant, le chef de la Maison Blanche qualifie l’homme fort de Kremlin de « Boucher ».

Selon lui, il mérite ce nom pour tout ce qu’il inflige aux gens d’Ukraine. D’un autre côté, tentant de remettre la diplomatie en marche, le président français Emmanuel Macron a une nouvelle fois appelé à la désescalade et au dialogue.

De ce fait, l’homme fort d’Elysée a mis en garde dimanche contre une «escalade des mots et des actions en Ukraine», réagissant sur les propos du président américain Joe Biden.
“Je n’utiliserais pas ce genre de propos parce que je continue de discuter avec le président Poutine ”, a-t-il déclaré sur France 3.

“ Nous voulons arrêter la guerre que la Russie a lancée en Ukraine sans faire la guerre. C’est l’objectif et si on veut faire cela, il ne faut pas être dans l’escalade ni des mots ni des actions ”, a estimé le président français.

L’enchaînement militaire

D’un point de vue militaire, les dernières informations font surtout état d’attaques à l’est, dans les zones de Donetsk et Lougansk. Notons que Moscou a affirmé vendredi vouloir concentrer son offensive sur l’est de l’Ukraine, un changement de cap qui fait craindre à Kiev une partition du pays, les séparatistes de Lougansk évoquant eux la tenue d’un référendum sur l’indépendance de leur territoire.

L’armée ukrainienne assure que dans les zones de Donetsk et Lougansk, sept attaques ennemies ont été repoussées et huit tanks russes détruits. À Kiev, les groupes de sabotage de l’ennemi essayent toujours de pénétrer dans la ville, selon l’état-major ukrainien.

Et, l’armée russe poursuit ses rotations et renforts depuis le Bélarus voisin et la Russie afin de gagner des positions aux abords de la capitale ukrainienne, relève le centre d’analyses américain Institute for the study of war (ISW) dans une note datée de samedi.

Pour sa part, le ministère russe de la Défense a annoncé la destruction d’un dépôt de missiles dans un village situé à 30 km au sud-ouest de Kiev, tandis que la ville de Mykolaïv, dernier verrou sur la route d’Odessa, continue de résister.

Les chiffres grimpent

Plus de 3,8 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis l’invasion de l’armée russe le 24 février, selon le décompte de l’ONU publié ce dimanche.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 3.821.049 réfugiés ukrainiens sur son site internet dédié, ce dimanche vers midi. Ce sont 48 450 de plus que lors du précédent pointage samedi. Notons, la Pologne est le pays qu’a recueilli le plus grand nombre de réfugiés.

Et, l’ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays. L’Europe n’a pas connu de tels flots de réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale.

La bataille médiatique continue sur les chiffres de décès. Si l’OTAN communique de chiffre très élevé.
La Russie a reconnu vendredi la mort de 1 351 de ses soldats depuis le début de son offensive militaire en Ukraine, accusant les pays occidentaux de commettre une «erreur» en livrant des armes à Kiev.

“ Depuis le début de l’intervention en Ukraine, 1 351 militaires ont été tués et 3 825 blessés ”, a déclaré l’adjoint au chef de l’état-major russe Sergueï Roudskoï lors d’un point de presse qui a également qualifié de «grosse erreur» la livraison d’armes à Kiev par les pays occidentaux.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,878FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Toutes Les Dernières Informations Du Monde Avec Passion Info Plus