15 C
New York
mardi, juin 28, 2022

Anguille, trafic d’armes et de drogue, des pistes à l’assassinat de Jovenel Moïse selon le New York Times




Des révélations fracassantes ont été faites dans un article publié par « the New York Times» journal américain, ce dimanche 12 décembre 2021. Les mois qui ont précédé son assassinat, le président Jovenel Moïse a pris un certain nombre de mesures pour lutter contre les trafiquants de drogue et d’armes.
Avant d’être assassiné en juillet, il travaillait sur une liste de puissants politiciens et hommes d’affaires impliqués dans le trafic de drogue en Haïti, avec l’intention de remettre le dossier au gouvernement américain, selon quatre hauts conseillers et responsables haïtiens chargés de rédiger le document. Raconte ce reportage publié par l’agence américaine.


Déterminé, le président avait ordonné aux responsables de n’épargner personne, pas même les puissants qui l’avaient aidé à prendre ses fonctions, ont-ils déclaré au journal américain. Ceci est considéré comme l’une des nombreuses mesures contre les trafiquants de drogue présumés qui pourraient expliquer un motif de l’assassinat.

Après l’assassinat les premières d’informations faisaient croire que les meurtriers s’étaient donnés beaucoup de peine à trouver une chose particulière dans la maison, certains d’une grande somme d’argent en liquide, il semble que ce n’était pas le cas. Lorsque les hommes armés ont fait irruption dans la résidence du président et l’ont tué dans sa chambre, Martine Moïse qui avait fait semblant d’être morte après avoir touché par balles. Elle a déclaré aussi qu’elle a entendu les membres du commando fouillaient dans les affaires de son mari.
« Ça y est », ont-ils finalement déclaré l’un à l’autre avant de s’enfuir, a-t-elle confié au New York Times dans sa première interview après l’assassinat, ajoutant qu’elle ne savait pas ce que les hommes armés avaient pris.

Quand les enquêteurs se sont arrivés sur les lieux du crime ils ont trouvé le bureau du défunt président saccagé, des papiers éparpillés un peu partout. Lors des interrogatoires, certains des tueurs à gages capturés ont avoué que récupérer la liste sur laquelle travaillait le président Moïse avec les noms de trafiquants de drogue présumés était une priorité absolue, selon ce qu’a raconté trois hauts responsables haïtiens qui étaient au courant de l’enquête.

Plus loin, ils précisent que le document faisait partie d’une série plus large d’affrontements que M. Moïse a eus avec de puissantes personnalités politiques et commerciales, certaines soupçonnées de trafic de stupéfiants et d’armes. D’après ses collaborateurs, Jovenel Moïse en connaissait plusieurs depuis des années, et ils se sont sentis trahis par son tour contre eux.

Dans les mois qui ont précédé sa mort, Jovenel Moïse a pris des mesures pour nettoyer le service des douanes d’Haïti, nationaliser un port maritime avec des antécédents de contrebande, détruire une piste d’atterrissage utilisée par les trafiquants de drogue et enquêter sur le commerce lucratif de l’anguille, qui a récemment été identifié comme un conduit pour blanchiment d’argent, ajoutent-ils.

Un travail hors pair du journal américain, le Times a interviewé plus de 70 personnes et s’est rendu dans huit des 10 départements ou états d’Haïti pour interviewer des politiciens, des amis d’enfance de M. Moïse, des policiers, des pêcheurs et des participants au trafic de drogue pour comprendre ce qui s’est passé au cours des sept derniers mois de la la vie du président qui a pu contribuer à sa mort. Beaucoup d’entre eux craignent maintenant pour leur vie également.
« Je serais idiot de penser que le narcotrafic et le trafic d’armes n’ont joué aucun rôle dans l’assassinat », a déclaré Daniel Foote au journal, qui a été l’envoyé spécial des États-Unis en Haïti avant de démissionner le mois dernier. « Quiconque comprend la politique ou l’économie d’Haïti comprend ça . »

Une figure centrale sur la liste du président Jovenel Moïse était Charles Saint-Rémy, connu sous le nom de Kiko, ont indiqué deux des responsables haïtiens chargés d’aider à rédiger le dossier. M. Saint-Rémy, un homme d’affaires haïtien, est depuis longtemps soupçonné par la DEA (Drug Enforcement Administration des États-Unis) d’être impliqué dans le trafic de drogue. Notamment, il est aussi le beau-frère de l’ancien Président Michel Martelly, qui a sorti M. Moïse de l’obscurité politique et l’a choisi pour lui succéder.

M. Martelly, qui envisage une autre candidature à la présidence, et M. Saint-Rémy ont été extrêmement influents dans le gouvernement de M. Moïse, avec leur mot à dire sur tout, de qui a obtenu des contrats publics auauxquels les ministres ont été nommés, selon des responsables haïtiens à l’intérieur qui parlent au New York Times. Et en dehors de son administration, Jovenel Moïse a fini pas sentir qu’eux et d’autres oligarques étouffaient sa présidence, disent ses collaborateurs.

Les responsables américains disent qu’ils examinent de près les efforts du président pour perturber le trafic de drogue et défier les familles puissantes comme motifs de l’assassinat, et ils notent que M. Saint-Rémy est apparu comme un suspect possible au début de l’enquête. Mais ils avertissent que Jovenel Moïse a menacé de nombreuses élites économiques, y compris un certain nombre de personnes ayant des liens criminels profonds. Contactés par The New York Times, M. Martelly et M. Saint-Rémy n’ont pas répondu à une liste détaillée de questions pour cet article.

Les trafiquants de drogue et d’armes présumés siègent depuis longtemps au Parlement haïtien . De petits avions de contrebande atterrissent fréquemment sur des pistes d’atterrissages clandestines. Des policiers haïtiens ont été surpris en train d’aider des trafiquants de drogue, tandis que des juges sont régulièrement soudoyés pour lancer des affaires. Haïti peut maintenant fournir la plus grande route pour les drogues destinées aux États-Unis, mais personne ne le sait avec certitude car le pays est devenu si difficile à contrôler. Les forces de l’ordre américaines sont incapables d’exécuter un programme d’écoutes téléphoniques dans le pays, ni même de collaborer pleinement avec leurs homologues haïtiens, car la corruption dans la police et le système judiciaire est si profonde, selon des responsables américains.

« Toute personne impliquée dans le trafic de drogue ici a au moins un policier dans son équipe », a déclaré au journal Compère Daniel, le commissaire de police du département du Nord-Ouest d’Haïti, un important couloir de contrebande de transit. “ Il est impossible de faire coopérer des policiers avec moi sur le terrain ” a-t-il plaint. “ Parfois, ils ne répondent même pas à mes appels.” poursuit-il.

Les opérations de la DEA en Haïti ont également fait l’objet d’un examen minutieux, mentionne le journal. Les critiques de l’agence se sont aggravées car au moins deux des Haïtiens soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat de M. Moïse étaient d’anciens informateurs de la DEA .
En novembre, la commission judiciaire du Sénat a critiqué la DEA pour les allégations de corruption qui ont circulé autour de ses opérations en Haïti, citant une enquête du Times en août liant le chef de la sécurité du palais de M. Moïse au trafic de drogue. La DEA, accusée par d’anciens agents d’avoir mal géré l’une des plus grandes affaires de drogue en Haïti, a refusé de commenter.

“Le vrai leader n’était pas le président”
Lorsque M. Moïse a été choisi par M. Martelly en 2014 pour être son successeur. Les associés de M. Martelly ont déclaré qu’il avait rencontré M. Moïse pour la première fois lors d’une conférence sur l’entrepreneuriat. Mais l’histoire était trompeuse : M. Moïse avait majoritairement grandi dans la capitale, plusieurs des administrateurs d’origine de sa bananeraie disent que c’était un échec, et M. Moïse était déjà un proche collaborateur de M. Saint-Rémy et à au moins un autre trafiquant de drogue présumé.

“Le journal The New York Times continue la série de révélations. En 2000, le président Jovenel Moïse avait rencontré Evinx Daniel, et était devenu un partenaire commercial, selon des proches et des connaissances des deux hommes. M. Daniel, un ami proche de M. Martelly, sera plus tard accusé de trafic de drogue?

L’ex-président Jovenel Moïse a travaillé avec M. Daniel sur l’une de ses entreprises, Mariella Food Products, qui produisait des biscuits avec une écolière à queue de cochon sur l’emballage. Un ancien officier de police haïtien de haut rang a déclaré que l’entreprise était soupçonnée d’être une façade de blanchiment d’argent.

Le journal américain ajoute. L’étendue de l’implication de Jovenel Moïse dans l’entreprise n’est pas claire, mais l’ancien sénateur, Jean Baptiste Bien-Aimé, a rappelé les hommes venus à son bureau pour parler de l’entreprise il y a une dizaine d’années, et a déclaré que les hommes étaient souvent avec M. Saint-Rémy, le beau-frère de M. Martelly. “ Ils étaient toujours ensemble. C’étaient des poissons écrasés dans la soupe ”, a déclaré M. Bien-Aimé.

M. Saint-Rémy a admis publiquement qu’il vendait de la drogue dans le passé, mais affirme que toutes ses entreprises sont désormais légitimes. Les responsables de l’application des lois haïtiennes et les anciens officiers de la DEA qui ont récemment servi en Haïti disent qu’il est toujours considéré comme l’un des plus grands trafiquants de drogue du pays, précise le journal.

Jacques Jean Kinan, le cousin de M. Moïse, a déclaré que lui et M. Moïse ont travaillé avec M. Saint-Rémy dans l’industrie de l’anguille.
Avec son beau-frère comme président, M. Saint-Rémy exerçait une énorme influence, exigeant souvent que des licences et des contrats de choix lui soient attribués, notamment des licences d’exportation d’anguilles, selon des responsables du gouvernement de M. Martelly.

Lorsque ses demandes n’étaient pas entendues, il pouvait devenir violent : en 2015, M. Saint-Rémy avait agressé un ministre de l’Agriculture pour avoir passé un contrat sans son consentement, une altercation signalée à l’époque et confirmée par un ancien ministre du gouvernement.

Alors que l’emprise de M. Saint-Rémy sur le commerce de l’anguille se consolidait, Jovenel Moïse a décidé de se retirer du secteur et de se concentrer sur « Agritrans » dans sa ville natale. “ Mon père a dit que la famille Martelly accaparait le commerce de l’anguille et rendait l’accès difficile ”, a déclaré Joverlein Moïse, le fils du président assassiné. L’ex-président est également resté en contact avec son associé, M. Daniel, qui avait ouvert un hôtel aux Cayes, ont indiqué un responsable et un proche.

En 2013, M. Daniel a déclaré aux autorités qu’il avait trouvé 23 paquets de marijuana flottant en mer alors qu’il se trouvait sur son bateau et a décidé de les ramener à la maison. M. Daniel a déclaré à l’époque que lui et M. Saint-Rémy avaient appelé la DEA pour récupérer le chargement qu’il avait découvert. Le commissaire du gouvernement des Cayes de l’époque, Jean Marie Salomon, a douté de l’histoire, soupçonnant qu’il s’agissait d’un stratagème pour dissimuler une affaire de drogue qui a mal tourné après que des habitants soient tombés sur la cachette. Il a arrêté M. Daniel pour trafic de drogue, mais il a déclaré que le ministre de la Justice de M. Martelly était personnellement intervenu et avait ordonné sa libération.

Peu de temps après, M. Martelly s’est rendu à l’hôtel de M. Daniel avec une délégation en signe clair de soutien, a déclaré M. Salomon. “Le message était que la justice n’a pas d’importance”, a-t-il déclaré.
Notons quelques mois seulement après sa libération, M. Daniel a disparu en 2014, sa voiture abandonnée es retrouvée dans une station-service. Deux personnes un parent de M. Daniel et un policier à l’époque ont déclaré que M. Moïse était l’une des dernières personnes à le voir vivant. M. Daniel est présumé mort.

Interdit par la constitution de se présenter pour deux mandats consécutifs, M. Martelly a commencé à chercher un successeur. Il voulait trouver quelqu’un pour garder le banc au chaud jusqu’à ce qu’il puisse lancer une autre candidature présidentielle et se protéger des allégations de corruption impliquant le détournement de milliards de dollars au cours de son mandat, selon d’anciens responsables des administrations Martelly et Moïse.

Je l’ai dit à Martelly, il faut chercher le vote paysan, quelqu’un qui leur ressemble, quelqu’un à la peau noire”, a déclaré un ancien sénateur, Jacques Sauveur Jean, ami et parfois allié politique de M. Martelly. Il a dit que les haïtiens étaient fatigués de l’élite privilégiée à la peau claire qui dirigeait le pays, comme M. Martelly, et estimaient que M. Moïse, avec sa peau foncée et ses origines rurales, les représentait mieux.

Lors d’entretiens, trois des premiers membres du conseil d’administration de l’entreprise de plantation de l’ex-président Moïse « Agritrans », ont décrit l’entreprise comme un échec, avec leurs investissements initiaux perdus et peu mais un champ stérile à montrer pour cela.
Mais comme M. Martelly envisageait un successeur, l’entreprise a reçu un prêt de 6 millions de dollars du gouvernement.

Esther Antoine, l’une des directrices de campagne de M. Moïse, a déclaré qu’elle travaillait à polir son image, à se débarrasser d’un bégaiement qui le hantait et à améliorer sa confiance sur scène. Mais pendant la campagne électorale, M. Martelly a occupé le devant de la scène, a-t-elle déclaré, surpassant l’homme qu’il était censé promouvoir.

Mme Antoine, qui craignait que la présence démesurée de M. Martelly ne « noie » son candidat, a déclaré avoir convaincu le président de donner à M. Moïse l’espace pour faire campagne seul. Cela ne convenait pas à la femme de M. Martelly, Sophia, a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que la première dame était devenue méfiante à l’égard de Mme Antoine et l’avait appelée au domicile de la famille Martelly au milieu de la nuit, la réprimandant de ne pas les avoir informés de chaque mouvement de M. Moïse.
Mme Antoine a dit avoir repoussé, arguant qu’elle était là pour travailler pour M. Moïse, pas pour la famille Martelly.

« C’est alors que la femme me regarde et dit : Jovenel est une propriété. Vous ne semblez pas comprendre cela », a raconté Mme Antoine. “J’étais choqué. Quand je lui ai demandé de le répéter, elle est alors passée au français : « Jovenel est une propriété. »

L’ancienne première dame n’a pas répondu à une liste détaillée de questions pour cet article.

Lorsqu’il a remporté et pris la présidence en 2017, M. Moïse s’est senti étouffé par M. Martelly mais lui est resté fidèle, ont déclaré ses collaborateurs.

Moïse n’a pas pu choisir son propre cabinet sans l’aval de la famille Martelly ou de M. Saint-Rémy, ont-ils précisé. Les Martelly appelaient souvent M. Moïse, lui criant dessus pour ses initiatives législatives, selon plusieurs personnes qui ont surpris les conversations.

« Le vrai leader n’était pas le président », a déclaré Gabriel Fortuné, proche conseiller de M. Moïse, décédé dans un tremblement de terre d’août dernier, un jour après avoir parlé au . « C’était son parrain, Martelly. Quand on parle du parrain, on parle à l’italienne”, a-t-il ajouté, “la famille”.

Mme Antoine a reconnu que M. Moïse a souvent fermé les yeux sur la corruption dans son gouvernement, pour éviter de se faire des ennemis et faire avancer ses propres initiatives.

« Il disait : ‘Laissez-moi les nourrir pour qu’ils me laissent tranquille. S’ils gagnent de l’argent, ils me laisseront faire mon électricité et construire mes routes », se souvient Mme Antoine.

« Ils me tueront »
Alors que M. Moïse s’installait dans ses fonctions, il s’est vite rendu compte que le contrôle flétri que M. Martelly et sa famille exerçaient sur la campagne électorale s’étendait à sa sécurité personnelle, ont déclaré plusieurs responsables.

De ce fait, Jovenel Moïse a hérité de Dimitri Hérard, un membre pivot de la force de sécurité présidentielle de M. Martelly qui est devenu le chef de l’unité de police protégeant le palais présidentiel de M. Moïse.

M. Hérard était également un suspect de trafic de drogue. En 2015, lorsqu’un cargo battant pavillon panaméen a accosté à Port-au-Prince avec à son bord 1 100 kilogrammes de cocaïne et d’héroïne, M. Hérard a été vu en train de commander des policiers en uniforme pour charger la drogue dans des véhicules avant de filer avec eux, selon un témoin et Keith McNichols, un ancien agent de la DEA en poste en Haïti qui a dirigé l’enquête de l’agence sur la cargaison de drogue manquante.
Mais M. Martelly a protégé M. Hérard d’être interrogé par les enquêteurs dans l’affaire, a déclaré un ancien responsable des Nations Unies.

M. Moïse se méfiait profondément de M. Hérard, selon plusieurs conseillers présidentiels et un diplomate international à qui le président s’est confié. À au moins une occasion, ont-ils dit, M. Hérard a été trouvé en train d’espionner le président pour M. Saint-Rémy, l’informant sur les rencontres de M. Moïse.
M. Hérard, actuellement en détention en tant que suspect de l’assassinat, n’a pas pu être joint pour commenter.
En janvier, M. Hérard a commandé environ 260 armes à la Turquie dont des carabines M4 et des armes de poing faisant l’objet de l’ordre au palais présidentiel, ont déclaré M. Fortuné et un ancien responsable de la sécurité. Mais au lieu d’armer sa propre unité, ont-ils dit, M. Hérard a vendu la plupart des armes à des gangs et à des entreprises.

« Lorsque Moïse a découvert les armes commandées par Hérard, il n’a pas été surpris – il a eu peur », a déclaré M. Fortuné.
Les relations de M. Moïse avec les forces de sécurité présidentielle, déjà en haleine, se sont encore détériorées. Mais cela a changé en février, lorsque M. Hérard a affirmé avoir déjoué une tentative de coup d’État contre M. Moïse. Soudain, la méfiance s’estompa. Certains anciens collaborateurs, comme Mme Antoine et M. Fortuné, se sont demandé si le prétendu coup d’État était un faux drapeau, pour dissiper les soupçons de M. Moïse à l’égard de M. Hérard.

Dans les coulisses, disent les responsables haïtiens, M. Moïse a commencé à travailler pour abattre ses ennemis perçus. Il s’est entretenu avec ses plus proches collaborateurs et des responsables choisis pour commencer à constituer le dossier décomposant les réseaux de trafic de stupéfiants et d’armes en Haïti, dont M. Saint-Rémy, selon les personnes impliquées dans le document.
En février, Josua Alusma, le maire de Port-du-Paix et proche allié de Moïse, a ordonné la répression du commerce de l’anguille, l’industrie dominée par M. Saint-Rémy. Beaucoup d’anguilles vont en Chine, mais la police haïtienne enquête sur l’industrie comme moyen de blanchir des profits illicites.

« Je n’aime pas ce métier. Ça se passe la nuit, tu sais ce que je dis ? dit M. Alusma. “Il n’y a pas de sécurité.”
Il a déclaré que l’industrie devait être réglementée et taxée. « Des gens comme Kiko entrent et sortent de la ville », a-t-il dit, utilisant le surnom de M. Saint-Rémy. “Mais c’est nous qui nettoyons ici ses poubelles”, a-t-il ajouté, faisant référence aux armes illégales saisies lors d’un raid cette année.

Le même mois, le président a également commencé à discuter des plans de nationalisation d’un port maritime appartenant à des alliés de M. Martelly, où plusieurs cargaisons d’armes illégales ont été trouvées et saisies au fil des ans, ont déclaré deux hauts responsables haïtiens.
« Jovenel m’a dit qu’il avait un programme qu’il voulait mettre en œuvre mais qu’il n’a pas pu car, a-t-il dit, ‘Ils vont me tuer’ », a raconté un puissant politicien qui a servi d’assistant informel à M. Moïse, s’exprimant sous condition. de l’anonymat par peur pour sa vie. Le port, a-t-il dit, « faisait partie du plan ».

M. Moïse a également tenté de pousser les douanes, malgré une résistance considérable, à commencer à inspecter les expéditions de M. Saint-Rémy et à percevoir des taxes sur ses marchandises, selon plusieurs assistants présidentiels, deux hauts responsables de la sécurité et un responsable du service des douanes. Les économistes haïtiens estiment que le pays perd environ 500 millions de dollars par an à cause de la corruption à la douane.

Puis, à la mi-mai, les forces de sécurité dominicaines ont arrêté Woodley Ethéart , également connu sous le nom de Sonson Lafamilia, un ami proche de M. Martelly et de M. Saint-Rémy. Lorsque M. Martelly était président en 2015, il a soutenu M. Ethéart après son arrestation pour enlèvement.
Cette année, M. Ethéart avait encore un mandat d’arrêt contre lui et a généralement fait profil bas. Mais en mai, lui et M. Martelly ont pris des photos d’eux-mêmes en train de faire la fête ensemble à Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine, qui ont été publiées sur les réseaux sociaux, a déclaré un haut responsable dominicain. Le lendemain, les forces dominicaines ont arrêté M. Ethéart et l’ont extradé vers Haïti.

M. Moïse était ravi, ont déclaré ses collaborateurs.
Le téléphone du président a vibré d’appels de M. Martelly et de M. Saint-Rémy, mais il a refusé d’y répondre, selon un ami proche et un conseiller présidentiel.

« Sonson Lafamilia est très proche de la famille Martelly », a déclaré Joverlein, le fils de M. Moïse. “Il est possible que Martelly ait vu dans cette arrestation une sorte de manque de respect, que mon père était un traître et trahissait la famille Martelly.”

Les routes du trafic de drogue dans le Nord d’Haïti ont également subi des pressions. Dans les années 1990, de petits avions Cessna de Colombie ont atterri sur des pistes d’atterrissage en terre à la périphérie de Port-au-Prince. Mais à mesure que la population augmentait, les pistes d’atterrissage sont devenues entourées de bidonvilles. Les habitants pauvres se sont rendus compte de la précieuse cargaison illicite que les avions détenaient et ont commencé à les perquisitionner, selon un responsable de la sécurité.

Ainsi, il y a environ une décennie, les trafiquants ont déplacé les pistes d’atterrissage vers le Nord, à Savane Diane, une zone tentaculaire et isolée. Depuis lors, le commerce de la drogue a évolué et explosé. Les avions ne viennent plus uniquement de Colombie – le Venezuela est également devenu un acteur important, avec des membres de la famille du président Nicolás Maduro arrêtés par la DEA en Haïti en 2015 pour trafic de drogue. Le fils de l’ancien président du Honduras a également été arrêté en Haïti par la DEA

Cette année, M. Moïse a approuvé une zone agro-industrielle à Savane Diane , mais lorsque le projet a débuté, les responsables ont découvert qu’ils se trouvaient à environ trois miles au sud de l’une des pistes d’atterrissage les plus actives d’Haïti pour les livraisons de cocaïne et d’héroïne.

Le petit lac voisin était rempli de poissons, dans une zone où la malnutrition sévit, mais les habitants ne s’en approcheraient pas. Lorsque le ledit journal leur a demandé pourquoi, les agriculteurs ont expliqué que des restes humains y étaient souvent jetés.
Et lorsque le times s’est rendu sur la piste d’atterrissage locale, un agriculteur avec une machette à la main s’est approché, demandant si une livraison de drogue avait lieu afin qu’il puisse obtenir un pot-de-vin pour détourner le regard.

Deux bandes de terre déchiquetées – un chemin pour chaque roue – coupent l’herbe jusqu’à la taille. À quelques mètres de la piste d’atterrissage, se trouvait la coque d’un petit avion qui, selon les résidents, s’est écrasé au cours de l’été. L’épave d’un autre avion carbonisé gisait à proximité.
Lorsque les voitures de police que l’on voit souvent décharger la cargaison des avions se retrouvent coincées le long des routes accidentées, les conducteurs de tracteurs locaux sont payés quelques dollars pour les remorquer, ont déclaré les habitants. Avant l’arrivée d’un avion, ont-ils ajouté, les agriculteurs coupent l’herbe autour de la piste d’atterrissage et allument des incendies dans des bidons vides afin que les pilotes sachent où atterrir la nuit.

Les collaborateurs de M. Moïse ont déclaré avoir pris connaissance de la piste d’atterrissage après un appel furieux de la DEA
Entre mai et juin, la piste d’atterrissage de Savane Diane et une autre dans le nord d’Haïti ont accueilli un trafic démesuré, avec au moins une douzaine d’avions, transportant potentiellement des milliers de kilos de cocaïne, selon les responsables de la sécurité haïtienne. À la mi-juin, la DEA a appelé les autorités haïtiennes, exigeant de savoir pourquoi il y avait eu une telle hausse, selon des responsables haïtiens au courant de la communication.

Lorsque le président Moïse a appris les livraisons à la mi-juin, il était furieux, ont déclaré ses collaborateurs. Puis vint un ordre du palais présidentiel : Détruire la piste d’atterrissage. Mais les autorités locales ont refusé de le faire, selon plusieurs responsables interrogés.

Environ une semaine plus tard, M. Moïse se trouvait à la maison avec sa femme et ses deux enfants lorsque des tueurs à gages ont fait irruption chez lui. Ils avaient été introduits dans l’enceinte présidentielle par les forces de M. Hérard. Dans son témoignage initial, M. Hérard a déclaré qu’ils se sont retirés lorsque les hommes armés se sont identifiés comme des agents de la DEA.
Pas un seul coup de feu n’a été tiré entre les assassins et les gardes de M. Moïse. Alors que les hommes armés prenaient d’assaut la résidence, le président a appelé M. Hérard et un autre responsable de la sécurité pour le sauver, a déclaré sa veuve au Times. Aucune aide n’est venue.

L’un des hommes à la tête des assassins, Joseph Felix Badio, était un ancien informateur de la DEA qui a appelé le nouveau Premier Ministre du pays, Ariel Henry, à plusieurs reprises dans les jours qui ont précédé et dans les heures qui ont suivi l’assassinat, selon une copie de la police. rapport. M. Henry, un proche allié de M. Martelly, a nié toute implication dans le meurtre.
M. Badio est toujours en fuite, mais dans les semaines qui ont suivi l’assassinat, il a été aperçu dans des véhicules du gouvernement blindés, selon un agent de sécurité impliqué dans l’enquête.

M. Henry a dépossédé le gouvernement des anciens alliés de M. Moïse. Le mois dernier, il a nommé un nouveau ministre de la Justice, Berto Dorcé qui, selon une enquête de la DEA, a soudoyé l’un des juges supervisant l’affaire du navire battant pavillon panaméen avec 1 100 kilos de drogue à bord. Un ancien haut responsable de l’application des lois haïtiennes a également déclaré que M. Dorcé avait déjà passé des mois en prison en lien avec le trafic de drogue.

M. Dorcé n’a pas répondu à une liste de questions pour cet article. M. Martelly est à Miami, où il vit, en train de réfléchir à une autre candidature à la présidentielle, disent ses associés.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,878FansJ'aime
3,368SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Toutes Les Dernières Informations Du Monde Avec Passion Info Plus