15 C
New York
samedi, avril 13, 2024

Haïti-Crise : « La question de force militaire n’est pas en jeu, pour le moment », dit Joe Biden

Les Etats-Unis cherchent encore la meilleure stratégie pour venir en aide à Haïti qui fait face à une spirale de violence sans précédent. Du déploiement d’une force armée multilatérale en Haïti à d’autres perspectives, les propositions ne manquent pas.

Le président américain Joe Biden s’est exprimé ce vendredi 24 mars sur le dossier d’Haïti. En effet, la crise qui sévit dans le pays a été au cœur des discussions entre le chef de la Maison Blanche et le Premier ministre canadien Justin Trudeau. En conférence de presse, le président Joe Biden a fait le point.

« La situation d’Haïti est préoccupante. La plus grande chose que nous puissions faire, et cela va prendre du temps, c’est d’augmenter la perspective des services de police en Haïti puis de faire face aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Cela va prendre un peu de temps », a déclaré le président Joe Biden.

Plus loin, POTUS a réagi sur l’appui que peut apporter la communauté internationale. « Nous examinons également si la communauté internationale, par l’intermédiaire des Nations Unies, pourrait jouer un rôle plus important dans cette situation », a-t-il poursuivi.

Toutefois, le 46e président des Etats-Unis a tenu à préciser : « Mais il ne fait aucun doute qu’il y a une réelle et véritable préoccupation, car il y a plusieurs millions de personnes en Haïti, et la diaspora pourrait causer une réelle confusion dans l’hémisphère occidental “, a-t-il reconnu.

En ce qui concerne l’intervention militaire sollicitée par le gouvernement haïtien, Joe Biden a été clair : « Toute décision concernant la force militaire, qui est souvent soulevée, nous pensons qu’elle devrait être prise en consultation avec les Nations unies et le gouvernement haïtien, et ce n’est donc pas hors de la table, mais ce n’est pas en jeu, pour le moment “, a indiqué à ce fait le président de 82 ans.

De son côté, le Premier ministre Justin Trudeau en a profité pour annoncer qu’Ottawa fournira 100 millions de dollars d’équipement et de soutien financier pour venir en aide à la police nationale d’Haïti (PNH).

Il a également annoncé deux sanctions supplémentaires contre les membres de l’élite haïtienne, qui bénéficient de la violence des gangs. En effet, ces nouvelles sanctions concernent l’ancien Sénateur des Nippes Nenel Cassy et l’homme d’affaires et ancien candidat aux dernières élections présidentielles, Steeve Khawly.

« Nous sommes déterminés à accroître le soutien international à Haïti, y compris par le biais de l’aide humanitaire », a déclaré Justin Trudeau lors de cette conférence de presse conjointe avec Joe Biden.

Entre-temps, le calvaire des Haïtiens continue. Les gangs criminels armés continuent d’élargir leur territoire, dans une capitale enclavée par leur puissance illimitée.

Les cas d’enlèvements, de viols, les vols, les massacres et les exécutions se multiplient. La population civile fait face à un véritable enfer pendant que les dirigeants continuent de vaquer librement à leurs activités.

Crédit photo/Alex Brandon)(AP)

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,878FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Toutes Les Dernières Informations Du Monde Avec Passion Info Plus